Revue de presse : Thierry Caillat, l’opticien de l’année

ARTICLES

 

Thierry Caillat, propriétaire du magasin Thierry Caillat Opticiens à Lyon 3 et lauréat du prix "Opticien de l'année 2018"

Thierry Caillat, Opticien de l’année :
« L’horizon n’est pas si sombre »

Ce midi, lors d’une cérémonie au Sénat, le Syndicat des importateurs et fournisseurs d’optique-lunetterie (SIDOL) a remis à Thierry Caillat le prix d’Opticien de l’Année 2018.

Le 29ème Opticien de l’Année s’appelle donc Thierry Caillat. Plusieurs fois nominé par le passé, cet opticien lyonnais succède à la Valdoisienne Catherine Piazza, présente à la cérémonie ce midi au Palais du Luxembourg, pour assurer la passation avec son confrère. Créateur de l’association Vision d’Avenir, Thierry Caillat est un lauréat au profil atypique puisque ce n’est pas un multipropriétaire, contrairement à la plupart des précédents récipiendaires. Diplômé à Morez en 1981, il s’est formé en 2001 en optométrie, basse vision, contactologie et dépistage en santé oculaire à la faculté d’Orsay. D’ailleurs il est désormais enseignant dans ces deux disciplines à Orsay ainsi qu’à l’ISO de Lyon. Passionné de jazz, Thierry Caillat est le chef d’orchestre d’une équipe d’une douzaine de personnes qu’il a tenues à saluer chaleureusement, à la tribune, au moment de recevoir son prix. Résolument convaincu que « l’avenir de l’opticien passera nécessairement par la pleine et entière reconnaissance de notre rôle de professionnel de santé », M. Caillat refuse le pessimisme ambiant : « L’horizon n’est pas si sombre pour ceux qui sont passionnés par leur métier », a-t-il déclaré dans sa prise de parole. « Je crois dur et fort à l’avenir du métier », a-t-il encore répété, ajoutant aussitôt : « à condition que ce métier soit exercé avec passion et excellence ». Pour l’anecdote, cette journée restera définitivement dans la mémoire de l’heureux lauréat qui est aussi, depuis ce matin, l’heureux grand-père d’une petite fille. « Un alignement des planètes », dira-t-il enfin, tout sourire, signalant cet autre heureux événement…

Source : frequenceoptic.fr

Thierry Caillat reçoit son prix "Opticien de l'année"

Photo, de g. à d. : Éric Lefort, le président du Sidol, Frédéric Gancel et Gwénaëlle Leprêtre, nominés au Prix, de part et d’autre de Thierry Caillat et, enfin, Gilles Demetz, vice-président du Sidol.

L’Opticien de l’année 2018

Depuis 1989, le Syndicat des Industriels et Distributeurs en Optique Lunetterie (SIDOL) décerne le Prix de l’Opticien de l’Année à un opticien dont les qualités professionnelles sont reconnues et qui contribue par son engagement à l’avenir de la profession.

Cette année, l’opticien élu est Thierry CAILLAT, plusieurs fois nominé.

C’est au Palais du Luxembourg que Le Président du SIDOL, Eric LEFORT, lui a remis, en présence de nombreuses personnalités de l’optique, le trophée (dessiné et fabriqué par les designers d’OPAL) qui vient récompenser l’heureux élu.

Thierry CAILLAT a fait ses études d’OL au Lycée de Morez. Il exerce depuis le début de sa carrière à LYON.

C’est un homme passionné par son métier, qui ne compte pas son temps. Spécialiste de basse vision et des lentilles de contact, il participe à de nombreux congrès. La transmission des savoir-faire est importante chez Thierry CAILLAT : Il est enseignant en optométrie et basse vision à la Faculté d’Orsay et à l’ISO de LYON.

Il a créé l’Association Vision d’Avenir, qui rassemble tous les acteurs de la filière visuelle lors de grandes manifestations à LYON.

Eric LEFORT, au nom des entreprises membres du SIDOL, adresse toutes ses plus vives félicitations à Thierry CAILLAT. Il rappelle qu’en 2017, c’est Catherine PIAZZA qui a été élue Opticienne de l’Année, et en 2016, Frédéric NARASSIGUIN.

Source : france-optique.com

Thierry Caillat, opticien de l’année 2018

Hier, 14 juin, lors d’un évènement organisé au Sénat, le Sidol (Syndicat des importateurs et distributeurs en optique-lunetterie) a annoncé le nom de l’opticien de l’année. Il s’agit de Thierry Caillat de Lyon. Retour sur le mode de scrutin de ce prix et sur le profil du lauréat.

Comment ça marche ?

Le prix de l’opticien de l’année est décerné par le syndicat depuis 1989. Pour être nominé, il faut être diplômé du BTS Opticien-lunetier depuis plus de 5 ans, être propriétaires de son (ses) point(s) de vente, exercer en France ou dans les Dom /Tom et ne pas être membre du Sidol. Autres points importants : observer une éthique professionnelle, jouir d’une bonne réputation, être engagés (au niveau professionnel, syndical ou dans toute autre activité citoyenne, corporative, associative, consulaire, régionale…). Le dynamisme, l’esprit d’entreprise (prise de risque commercial) et la créativité sont également pris en compte. L’élection s’effectue en trois phases. Les entreprises adhérant au Sidol établissent chacune une liste de dix opticiens maximum répondant aux critères de sélection. Cette année, les opticiens élus les années précédentes ont aussi été sollicités pour proposer le nom d’un confrère. Une liste des opticiens cités plusieurs fois est alors constituée. Les adhérents reçoivent des éléments complémentaires sur chacun et attribuent individuellement une note allant de 1 à 3 à trois opticiens. L’Opticien de l’Année est celui qui totalise le plus de points. En cas d’égalité, un vote est organisé au niveau du bureau du Sidol. Cette année, sept opticiens étaient nominés: Thierry Caillat, Philippe Chastres, David Cohen, Emmanuel Fournier, Frédéric Gancel, Gwénaëlle Lepretre et Eric Prevotat.

L’édition 2018

Lors de la remise du prix, Eric Lefort, président du Sidol, est revenu sur la signature des accords RAC zéro, intervenu la veille. « Certains semblent se satisfaire de ces accords, mais cela va compliquer le travail des industriels français. » a-t-il indiqué, tout en saluant « l’union sacrée » des acteurs du secteur, qui a « permis de travailler ensemble pour trouver des compromis. » Il a ensuite annoncé le nom de l’opticien de l’année 2018, louant « quelqu’un de particulier. Voyageur, entrepreneur, créatif et militant. »

Zoom sur le lauréat

Thierry Caillat, diplômé du lycée Victor Berard de Morez en 1981, a ouvert son premier magasin en 1986 à Lyon. Il emploie aujourd’hui 14 salariés. Outre le magasin, il intervient depuis sept ans dans le service du Professeur Burillon (segment antérieur et lentilles de contact) au CHU de Lyon. Autre corde à son arc : la formation. Il collabore avec certains laboratoires (Topcon, Johnson, Essilor) dans le cadre de formations destinées aux opticiens et aux ophtalmologistes (internes) et enseigne l’optométrie et la basse-vision à la Faculté d’Orsay (91) et à l’ISO Lyon. Il a créé l’association Vision d’avenir pour fédérer les acteurs de la filière santé visuelle. En recevant son prix, Thierry Caillat n’a pas manqué de commenter l’actualité et donner sa vision du Rac zéro. « En 2018, j’exerce le métier dont je rêvais en 1981. C’est ma passion et je suis convaincu que l’horizon n’est pas si sombre. Les consommateurs sauront faire la différence sur la qualité. Je crois en l’avenir de notre métier si on le fait avec passion et excellence. » Jean-Luc Selignan, président de Club Opticlibre, centrale à laquelle est affilié Thierry Caillat, a salué « un professionnel de santé, pour qui le RAC zéro n’est pas une menace car, chez lui, le reste à charge est justifié par la qualité. »

Source : optiquemag.fr


Rencontre avec l’Opticien de l’année 2018 :
« L’avenir de l’optique sera tourné vers la santé visuelle »

Il a 57 ans. Il est diplômé du BTS OL en 1981 à Morez (39) et à la tête du magasin Ideal Optique (COL) à Lyon (69). Vous l’aurez sans doute deviné… l’Opticien de l’année 2018 est Thierry Caillat.

Votre confrère se livre sur Acuité. Il aborde 3 principales thématiques : sa vision du métier, l’avenir de l’optique et distille quelques conseils aux jeunes opticiens. Interview exclusive.

Vous pouvez également revoir la remise du prix sur notre page Facebook, en cliquant ici. « Nous sommes très fiers d’accueillir Thierry Caillat dans ce cercle intime des Opticiens de l’année. Ce prix récompense sa persévérance », a notamment déclaré Eric Lefort, président du Syndicat des importateurs et distributeurs en optique-lunetterie (Sidol).

Eric Lefort a rappelé en quelques mots la mobilisation du Gifo face à la réforme sur le reste à charge zéro, « le Sidol a mobilisé depuis janvier dernier ses 28 membres qui font rayonner l’industrie de l’optique en France. On a fait valoir notre chiffre d’affaires consolidé de plus de 800 millions d’euros. On a mis en avant auprès des instances gouvernementales les 1 850 emplois en France portés par les membres du Sidol lors de la concertation. Ce sont des heures passées avec la Direction de la Sécurité Sociale (DSS). Il reste des points à voir. La négociation continue ».

Source : acuite.fr

L’opticien de l’année 2018 est Thierry Caillat

Comme chaque année, le Sidol (Syndicat des importateurs et distributeurs en optique lunetterie) vient de décerner le prix de l’opticien de l’année. C’est Thierry Caillat, opticien à Lyon qui a remporté les suffrages.

C’est au Palais du Luxembourg, que le Sidol vient de dévoiler aujourd’hui, jeudi 14 juin, le nom de l’opticien de l’année 2018. Le parcours de Thierry Caillat dans l’optique débute à Morez en 1981 avec l’obtention de son BTS. Il le complètera par la suite par une maîtrise d’optométrie à Orsay en 2001.

En 1986, il s’installe dans son premier magasin et ouvre en 1993 un autre point de vente à Lyon, sa ville de naissance. En 1998, il reprend un magasin à Francheville (69) et agrandit le magasin principal en 2001, avec le rachat de deux locaux adjacents. En 2008, poussé par son attachement à la dimension de santé visuelle, il crée sa propre enseigne, Thierry Caillat Opticiens, avec une philosophie simple : « L’excellence par exigence ».

En parallèle, Thierry Caillat exerce de nombreuses autres activités toujours en rapport avec l’optique et la santé visuelle : il a travaillé au sein du service du Professeur Maugery à Saint-Etienne de 1996 à 2002 et, depuis 7 ans dans le service du Professeur Burillon. Enseignant en optométrie et basse vision pour la faculté d’Orsay et l’ISO de Lyon, il intervient également pour des sociétés (Topcon, Johnson & Johnson, Essilor, etc.), lors de formations pour les opticiens et les internes en ophtalmologie.

Très impliqué dans la défense de la profession, il a créé l’association Vision d’Avenir, qui a réalisé plusieurs manifestations à Lyon en fédérant l’ensemble des acteurs de la filière. Son but ? Revaloriser l’image de l’opticien et réaffirmant son importance dans le parcours de santé visuelle.

Source : opticien-presse.fr

L'Opticien Presse parle de Thierry Caillat et de son titre "Opticien de l'année 2018"

Photo de gauche à droite : Catherine Piazza, opticienne de l’année 2017, Thierry Caillat, opticien de l’année 2018 et Eric Lefort, président du Sidol

Opticien de l’année 2018

Ce prix 2018 est symbolique de la reconnaissance d’un certain exercice du métier optique, celui de l’opticien professionnel de santé, dont Thierry Caillat est l’archétype. Son magasin a grandi sans discontinuer au cours des dix dernières années, bien qu’il ne soit présent dans aucun réseau de soins.

Parce que les clients de son entreprise viennent le voir pour son professionnalisme, pour ses compétences, pour sa prestation de service extraordinaire, voire unique en France en contactologie. Et ses patients/clients sont satisfaits de payer le juste prix de ses produits et de ses services, en clair le prix du marché libre.

Si Thierry Caillat était ophtalmo, ce qu’il aurait certainement pu devenir s’il l’avait voulu, il travaillerait probablement en honoraires libres. Comme les ophtalmos, Thierry et ses principaux collaborateurs reçoivent sur rendez-vous que l’on peut prendre sur le site du magasin, un peu à la manière de Doctolib.

Les réseaux de soins, le RAC 0 ne sont aucunement une menace pour son activité, car sa clientèle est habituée à devoir payer, parfois ou souvent, un certain reste à charge, mais qui est parfaitement justifié par la qualité professionnelle exceptionnelle de son entreprise.

Thierry Caillat est aussi le symbole de l’indépendance, il ne dépend que de lui-même, pas de la réglementation, pas du RAC 0, pas des réseaux de soins, pas de la publicité ou de l’image d’une enseigne.

Il est l’un des piliers historiques de Club Optic Leader, qui ne sélectionne que des opticiens référents sur leur région, partageant les valeurs de la centrale qui sont : le professionnalisme, l’excellence, le dynamisme et le partage.

Une centrale d’achats est toujours le reflet de ses opticiens adhérents, et j’ai coutume de dire avec immodestie, que si Club OpticLibre est progressivement en train de devenir la première centrale pour opticiens indépendants, c’est parce que sa puissance et son intelligence collectives sont l’expression de la force et de l’intelligence de ses opticiens.

Avoir Thierry dans sa centrale, c’est stimulant et cela vous pousse à l’excellence car il a un énorme niveau d’exigence et il ne garde pas sa langue dans sa poche : il s’exprime fortement. C’est probablement pour cette raison qu’il a préféré redevenir indépendant sans enseigne dans une structure de dialogue horizontal, plutôt que de continuer dans une structure au discours plus vertical.

En ces temps d’incertitude, ce prix nous redonne de l’espoir à tous.

Bravo à Thierry Caillat, vive l’opticien professionnel de santé !

Jean-Luc Selignan

Source : opticlibre.com

Remise du prix "Opticien de l'année" à Thierry Caillat

INTERVIEWS

“Je représente les opticiens
de tous les jours” (1/4)

Et si le RAC 0 faisait
“exploser la notion de réseaux de soins” ? (3/4)

L’opticien de l’année, son “combat”
contre le remboursement différencié (2/4)

“L’avenir appartiendra aux opticiens qui voient
leur métier comme un métier d’excellence” (4/4)