Le travail sur écran

 

LES BONNES PRATIQUES LES EFFETS D’UN TRAVAIL PROLONGÉ LES SYMPTÔMES DE LA FATIGUE VISUELLE

 

La lecture sur écran d’ordinateur est souvent comparée à la télévision, il y a pourtant une différence essentielle : il est fréquent de regarder passivement la télévision, alors que lire sur un écran d’ordinateur, c’est capter et choisir une information dans un contexte d’efficience.

L’écran de visualisation est devenu omniprésent aussi bien dans le cadre du travail que des loisirs.

LES BONNES PRATIQUES

Quelles sont les bonnes pratiques quotidiennes ?

De bonnes pratiques existent pour optimiser votre confort global, respecter votre corps et votre vision. En voici une synthèse, non exhaustive. Notez qu’elles sont applicables plus généralement pour toute activité prolongée en vision rapprochée: lecture, écriture…

check-orange Avant tout il est essentiel de porter un équipement optique adapté, faites régulièrement contrôler votre vision chez un ophtalmologiste

check-orange L’écran doit toujours être perpendiculaire aux fenêtres : jamais de face, ni de dos. Autant que possible, positionnez votre écran à plus de 2 mètres des fenêtres

check-orange Votre plan de travail doit être à la bonne hauteur et bien orienté : éclairage à gauche pour les droitiers, et inversement pour les gauchers

check-orange Éclairez bien vos textes en veillant à ne pas vous éblouir ou générer des reflets parasites sur votre écran et votre plan de travail. Pour éviter les réflexions lumineuses, préférez des surfaces mates

check-orange Réglez correctement le contraste et la luminosité de l’écran (pas d’éblouissement)

check-orange Utilisez des couleurs faciles à différencier, certaines associations se fondent et demandent plus de concentration (mis à part des combinaisons volontaires pour aider des déficients visuels telles que le noir sur fond jaune, le blanc sur fond rouge ou fond bleu, etc.).

Préférez l’utilisation d’un fond clair, moins astreignant que les fonds sombres.

check-orange Clignez souvent des yeux : le travail sur écran vous impose une fixation soutenue qui espace le rythme de clignement des paupières, le film de larme se renouvelle moins.

Lire d'autres conseils

LES EFFETS D’UN TRAVAIL PROLONGÉ

Quels sont les effets d’un travail prolongé sur écran ?

Il n’a pas été démontré de risque de développement de pathologies visuelles, mais la fatigue visuelle, elle, est courante. Cette fatigue visuelle est de même niveau qu’un autre travail visuel rapproché, de même durée, dans les mêmes conditions lumineuses.

En effet, ces configurations de travail nécessitent une concentration et un temps de fixation importants.

Thierry Caillat Opticiens à Lyon vous présente les dangers du travail sur écrans
L’effort visuel spécifique au travail sur écran implique une combinaison d’opérations :

check-orange Variation des distances de lecture et des champs visuels : textes, clavier, écran…

check-orange Variation du niveau de luminosité, de contraste, de couleurs, éventuel éblouissement dû à l’éclairage.

check-orange Fixation très prolongée : effort d’accommodation et de convergence intense.
Ainsi, ce besoin de voir net de façon prolongée révèle parfois un défaut visuel qui était existant mais non ou mal corrigé.

Par ailleurs, d’autres facteurs favorisent la fatigue :

check-orange Les bonnes pratiques posturales ne sont pas toujours respectées.

check-orange Tous les supports de travail présentent une luminance propre qui influe sur la performance visuelle. L’œil doit s’adapter en permanence entre des zones de luminance, de brillance, très différentes : éclairage du texte, luminance de l’écran…

check-orange Le clignement naturel des paupières est plus espacé, l’atmosphère est souvent climatisée et sèche.

Haut-de-page

LES SYMPTÔMES DE LA FATIGUE VISUELLE

Symptômes de la fatigue visuelle avec Thierry Caillat Opticiens à LyonQuels sont les symptômes d’une fatigue visuelle ?

Vous pouvez ressentir un ou plusieurs de ces symptômes, qui s’accentuent dans la journée de travail :

  • Picotements des yeux
  • Éblouissement
  • Vision floue par moment
  • Céphalée (maux de tête)
  • Grains de sable (évoquant une symptomatologie de syndrome sec)
  • Lourdeur des paupières
  • Fatigue
  • Trouble de la fixation ou de la concentration
  • Défaut de mise au point quand vous changez de point de fixation : par exemple quand vous passez de la vision rapprochée à la vision de loin, et inversement

Avec l’âge, la fatigue augmente, l’état général, la prise de médicaments (psychotrope, …) influent de façon très nette, ainsi que les défauts visuels qui sont pratiquement toujours :

Correction optique inexistante ou mal adaptée
Défaut de convergence

Parfois, l’ophtalmologiste découvre une véritable pathologie comme un glaucome.

Que faut-il faire ?

Consultez votre ophtalmologiste. Il fera un diagnostic avec des préconisations adaptées à votre situation. Présence d’un éventuel défaut visuel ? D’un défaut de convergence ? De sècheresse oculaire ? D’une pathologie ? De la nécessité d’une rééducation orthoptique ?

Haut-de-page

 

Source : guide-vue.fr